Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 août 2014 4 07 /08 /août /2014 09:50

 

Chose promise, chose dûe mes bons amis, le voici le voilà. Et il tombe plutôt à pic car votre douce Frénégonde est en pleine crise de misanthropie aigüe. Pourquoi les réseaux sociaux (que j'utilise peu par ailleurs) et un blog me direz-vous ? Une forme d'exhibitionnisme malsain peut-être ? Mais laissez moi vous expliquer pourquoi je n'aime pas les gens parce que je les aime trop. Conceptuel isn't it ?

Je me suis penchée sur le problème car ma douce et tendre moitié était plongée dans un abîme de perplexité : "Comment tu peux être à la fois trop gentille et trop serviable et détester les gens à ce point ?" . Bien résumé, Johnny. Ayant souffert d'un... manque affectif profond pour donner dans l'euphémisme, je suis une chouquinette doubidoute et naïve qui irait au bout du monde pour peu qu'on donne du grain à moudre à mon estime de moi-même (qui est un concept relativement vague en ce qui me concerne). Ceci répond donc en partie à Dame Jea, perplexe sur les rectums à l'hygiène douteuse qui ont jalonné mon parcours amoureux... à une ou deux exceptions près.

En conséquence je suis d'une naïveté incroyable dans mes rapports aux autres, je les aime trop, trop vite, trop fort (ça marche aussi avec l'amitié evidemment) et... à force forcée, 99,9 % du temps, je me fais formidablement bananer. Bananage qui se solde inévitablement par un hurlement sauvage "JE HAIS LE GENRE HUMAIN" ou par une espèce de crise dépressive aigüe, en ce qui concerne la dernière occurrence marquante du phénomène...

On évitera soigneusement de parler de mon modèle familial sur-bancal, non parce que ce serait Hors Sujet (bien loin de là), mais parce que je songe à en faire le sujet d'un bouquin prochainement, vu le nombre de pages nécessaires au développement de ce point.

C'était la ma misanthropie à petite échelle, l'empirique, qui se nourrit de mon passé et de mes (dramatiques) erreurs. Mais l'espoir n'est point mort, à 26 ans, je commence à me la jouer "Live and let die".

D'un point de vue plus élargi, j'estime très peu le genre humain, son attitude écoeurante, son goût du profit au détriment de tout et de tous, sa xénophobie sauvage, son individualisme forcené, son spécisme et son mépris du vivant, sa médiocrité, sa méchanceté gratuite et son consumérisme, son hypocrisie, sa malhonnêteté ... J'en veux pour exemple l'horreur indiscible qui s'empare de moi quand je lis des commentaires sur la propagation d'Ebola tels que "c'est de la faute des Noirs de toute façon, ils vont nous contaminer nous gentils WASPS ces sauvages" (je caricature mais l'essence du commentaire est là). Sérieusement ? Depuis quand c'est un crime d'être Africain ? Encore plus au 21ème siècle... J'ai été profondément écoeurée de me prendre autant de racisme en pleine figure. Ou encore "des chats noirs abandonnés parce qu'ils ne rendent pas bien sur les selfies"... I mean... really ? Je suis épatée qu'on soit tombés aussi bas dans le superficiel le consumérisme et la bêtise.

Et comme je ne suis pas (si) mauvaise (que ça) je terminerai sur une note positive. Heureusement, au milieu de toute cette masse vaine, stupide, bornée, obtue, égocentrique et formatée, se cachent de belles personnes. Certes, il faut bien les chercher (j'affine ma méthode au fil des ans) mais il y a des gens bons (sans jeu de mots douteux...) sincères, profonds, honnêtes, altruistes et simples. A ceux là je voudrais dire merci, d'être là pour essayer de relever le niveau.

Yours, faithfully

Frénégonde

 

 

Comment je suis devenue misanthrope
Partager cet article
Repost0

commentaires

C
Quelle surprise ! je pensais trouver quelques misanthropes car nous sommes beaucoup, mais une fois de plus, j'ai encore trouvé des humains qui pensent que certains sont sauvables. Je ne le pense pas, même moi je ne suis qu'un virus. Je ne suis ni bon ni pire, je n'aime vraiment personne, ni mes parents, ni mes enfants, ni moi.
Répondre
L
Un peu de baume au coeur de lire des personnes ressentir les mêmes sentiments qui m’habitent.... Tout mon entourage trouve que je suis d’une gentillesse incomparable mais je n’arrive pas à aimer le genre humain et tous les Incalculables défauts qui en découlent (jalousie, avarice, égoïsme, l’ego, l’hypocrisie, son mépris de ce qui l’entoure à part son petit c*l...)<br /> J’aime pourtant espérer à croire qu’une amélioration viendra avec le temps mais je suis sceptique Sur les futures générations....<br /> Avez vois reussi à passer ce cap de dégoût de l’homme?<br /> Ou bien cette aversion s’est accentuée avec le temps?<br /> <br /> Merci les martiens!
F
Hmmmm manichéen tout celà. Et la liberté d'expression des misanthropes ? L'être humain dans sa globalité n'est pas à sauver, en celà nous sommes sur un terrain d'entente, si je comprends bien ... Certains sont parfois moins pourris que d'autres, mais c'est une question de point de vue :D
A
Heureusement, le genre humain est d'une nuance absolument incroyable. L'homme est extrême, extrêmement gentil, extrêmement méchant. Et la beauté de la conscience humaine réside dans la recherche de cette nuance. Chaque Homme recèle en lui une part douce et adorable et il faudrait éviter de tomber dans le pessimisme, la misanthropie facile (ne connaissant pas votre vécu, je ne place pas de jugement critique). Pourtant je hais les individus discriminants, je hais les humains, les remplacer est d'une facilité exaspérante. Je hais les désirs de la plupart des jeunes aujourd'hui consistant à rendre jaloux son camarade à l'aide de quelconques outils (réseaux sociaux, travail... etc), la désillusion qu'ils procurent.... Je pourrais même dire que je hais l'Homme. Et parfois, je me souviens ce que disait Alain, ou émile Chartier : Le pessimisme est d'humeur, l'optimisme est de volonté. Et je ne peux oublier que j'aime les Hommes, j'aime leur nuances, j'aime leur différences, j'aime leurs extrêmes, j'aime les découvrir. Chaque personnalité est unique et est source de découverte continue. J'aimerais en revanche votre point de vue, disons plus approfondi,ce qui vous a rendu misanthrope.
Répondre
F
Bonjour à vous ! Un peu beaucoup très en retard et je m'en excuse, je vous suis sur la théorie du colibri... Chacun fait ce qu'il peut et croit juste à son échelle ;)
D
Bonjour dame frenegonde? je vous comprend et suis de tout coeur avec vous. Cela, car je me sens tout à fait misanthrope car les humains ne valent pas le coup, Pourtant j'oeuvre chaque jour à ce que ce foutu monde aille un peu mieux. Cela dit, soyons un peu egoïstes et essayons d'être heureux. Je vous souhaite le meilleur , car vous avez sans doute souffert et c'est pour ça que vous voyez ces pauvres êtres humains . Mais je crois cela dit, que ces larves font de leur mieux avec ce qu'ils sont et ont.
M
Merci! Tu m'as fait comprendre pourquoi je déteste les gens et me sens si mal en leur présence. Parce qu'ils sont faux, irrespectueux et prennent seulement quand ca leur convient. Je commençais à me demander si j'avais un problème. Finalement, c'est une forme de protection quand on est trop nice
Répondre
F
Les vrais hypersensibles (pas ceux hyper à la mode tralala youhou) sont exactement ce que tu décris :)

Présentation

  • : Le blog de frenegonde-toute-seule.over-blog.com
  • : Des coups de coeur des coups de gueule des reviews de la philosophie à 2 sous de la psychologie de cuisine... Et plein d'autres trucs sympas
  • Contact

Recherche

Liens